Violences contre la CGT le 1er Mai: la préfecture de police de Paris répond à Philippe Martinez