Pour le collectif qui a racheté le banc, “l’excellence de Paris en matière de mobilier urbain disparaît”