Ile-de-France: les autotests au lycée, le faux départ?